Faune saharienne à sauvegarder

Quel massacre gratuit! Pourtant des lois protègent, mais la chasse écologique ne peut ni limiter les dégâts ni opérer sans moyens sur le terrain pour sauvegarder ce qui reste avant l' extinction de cette unique espèce de mouflon à manchette au Sahara ! Halte au braconnage !! Multiplions les réserves et parcs pour susciter l'éveil de l' instinct protecteur de la Nature dans toute sa biodiversité complexe !
Nous tombons sur une espèce rare de genette du Sahara.Parc de Tozeur ( Photo Djarnia . Octobre 2014 )
Les mouflons à manchettes sont impitoyablement chassés dans le Sahara d' Algérie, d 'où l' urgence de leurs préservations en réserves de reproductions et de soins ( Parcs zoo botaniques et réservoirs de reproduction). Ce que nous voyons ici sont ceux de Tozeur pour le maintien de la reproduction de l 'espèce en voie d' extinction dans le Sahara d' Algérie.Une protection sur le terrain est nécessaire et des parcs de sauvegarde sont à aménager dans l'urgence en milieu oasien, des deux côtés de la frontière Algéro-tunisienne. ( photo Djarnia.Octobre 2014 )
Dans le parc de Tozeur sud de la Tunisie. Ces animaux devenus rares sont les derniers de leurs générations.L' Hyène à rayures est à sauvegarder, mais il lui faut étudier la chaine alimentaire à reconstituer et lui épargner son redoutable prédateur qui est l' homme chasseur. Dans le Sahara d' Algérie, on en trouve presque plus ! (Photo Djarnia, Octobre 2014)
Caméléon de l´Atlas saharien en liberté à M´horma (Djelfa). photo- Djarnia. 2013
Gazelle Dorcas Chez Labiod à Ain El IBel ( Djelfa )
Fennec du désert. Dhaia de Ghardaia. Djarnia - 2012 -
Milan noir. Réserve de Djelfa. Djarnia -2009-
Biche de Berbérie. Réserve de Djelfa. Djarnia - 2009 -
Faucon chasseur.Réserve de Dhaia de Ghardaia. Djarnia -
Chacal du Sahara. Dhaia de Ghardaia. Djarnia - 2012 -

Faune typique du Sahara oasien

Gazelle DORCAS des dunes de l´Atlas saharien- Algérie- Djarnia- 2009-

Une Faune fragilisée est à protéger !

Les prises de photos sont quasi personnelles et proviennent de mini-parcs de Djelfa, de Ghardaia* (Dhaia) et de Laghouat, mais aussi tout récemment de Tozeur sud tunisien.

Depuis ce malheureux événement d´inondation à Ghardaia, j´ai remarqué que les secteurs privés/publics oasiens s´intéressent davantage à la faune sauvage endémique dont un petit exemplaire est ici représenté (Chacal des déserts, Fennec du Sahara, Cerf de barbarie, Milan noir de l´Atlas, Faucon pélerin et gazelle Dorcas de l´Atlas saharien). Ces animaux sont devenus très rares, car persécutés par les braconniers et les chasses intempestives. De telles initiatives de préservation sont à encourager. Ces exemples que j´ai pu photographier proviennent de petites réserves, de jardins privés et publics des villes  principales de l´Atlas saharien central.  C´est peu par rapport aux pertes incalculables !  De tels jardins animaliers sont à faire fructifier, en particulier dans les Oasis et villages démunies de structures de divertissements éducatifs pour enfants. Je me rappelle, un certain passionné nommé El Hadj Aissa que j´ai vu il y a plus de 25 ans avait dans son propre jardin d´El Atteuf (Ghardaia) beaucoup d´animaux du désert, mais aussi un livre d´Or honoré par des personnalités telles que Cdt Cousteau et Haroun Tazzief...

Voilà un exemple formidable qui m´est resté gravé et je me souviens agréablement de son enthousiasme pour les bêtes qu´il chérissait au détriment des espaces verts de son petit jardin .

* Nos rares photos de l´ex-faune de Ghardaia sont devenues de chers souvenirs depuis la crue de l´Oued - Octobre 2008 - qui a tout emporté sur son passage, à El Atteuf, mais aussi à Ghardaia. Depuis la perte subite de plus de 300 animaux endémiques, les offices des forêts et de l´environnement et quelques bons initiateurs privés à Dhaia ont pris le relais de la réhabilitation de la faune sauvage du Sahara.Je tiens à féliciter les personnes qui nous donnent ici le meilleur exemple à suivre.

Devant les aléas de la vie, et dans le cadre de la préservation de la Biodiversité saharienne, de fréquentes campagnes organisées par les amis d´afsahara, et ses partenaires activent sur la sensibilisation des jeunes écoliers à la sauvegarde des patrimoines écologiques et préhistoriques  des Oasis de l´Atlas saharien central. Des supports pédagogiques ont été distribués et d´autres moyens de communication sont en cours d´élaboration avec le partenariat local, les organismes et fondations concernées par la protection de l´environnement naturel des déserts.

Une faune fragilisée  est manifestement à protéger en urgence !

Le concept du maintien des espaces extensibles utiles passe par le reboisement durable et l´extension des surfaces cultivables, mais comment y parvenir ?

Par l´adhésion solidaire de mouvements écologiques extra-muros avec  l´engagement  contributif d´entités concernées par les protections de la rare faune endémique en général dont l´extermination va en s´accélérant. La porte du Sahara oasien dont la première barrière naturelle est l´Atlas saharien, en constitue le meilleur exemple possible de lutte contre la désertification ressentie dans des poussières retrouvées au nord de l´Europe ! Cette priorité passe par le respect de la biodiversité et sa sauvegarde contre les méfaits de la désertification et la lutte contre les chasses intempestives.Pour retrouver son équilibre naturel d' écosystème, la faune et la flore doivent être l'objet d'études de comportement et de préservation des faunes et flores en milieux endémiques, dans des espaces boisés, à reboiser, et l' instauration d' espaces verdoyants de lachers en semi-liberté.D'une part, certains acteurs privés et publics consacrent une partie de leur vie à embellir la nature par l'instauration de Jardins animaliers à Ghardaia, Djelfa et Laghouat à leurs dépens et à titre non lucratif, de l' autre côté le braconnage et les chasses incontrôlées décîment dans l' insouscience et sans compter en accélerant les effets de la désertification.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

22.11 | 15:39

http://www.sidielhadjaissa.com/2016/11/mehdi-est-tout-fier-d-etre-le-premier-jardinier-de-produire-du-safran-a-laghouat.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_new_comment#ob-comments

...
19.06 | 20:48

Oui le Schtett, il faut en parler. Nos archives d´écoliers y sont enfouies.J´écris pour ne pas oublier l´heureux temps de la jeunesse.C´était beau et simple...

...
16.06 | 21:33

sidi makhlouf

...
16.06 | 21:26

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE